06 août 2017

La dialectique du fou : 02 - Donner et recevoir

La dialectique du fou

Tout le monde connaît la diagonale. Ce truc qui en travers permet d'atteindre l'autre bout du miroir sans passer par les autres sommets.

Je voudrais vous faire partager mes élucubrations lexicales, celles de mes succès et de mes échecs. C'est la raison de ce titre thématique.

Et je poursuis cette série, qui connaîtra les épisodes que je saurai y ajouter, "à demain si vous le voulez bien", comme disait un monsieur loyal radiophonique, mais aussi si je le peux bien.


Donner et recevoir

Donner c'est faire que quelque chose qui est en moi ou qui est convenu être à moi devienne la chose d'une autre personne.

Je peux donner l'heure. Est-ce que l'heure m'appartient ? Bien sûr que non. Mais si c'est ici non pas l'heure en elle-même que je donne, c'est l'information de l'heure qu'il est.



Recevoir peut s'exprimer à l'inverse de donner. On reçoit quelque chose qui devient notre chose en quelque sorte que ce soit. Je ne détiens pas l'heure en elle-même si on me la donne, mais l'information devient à moi, ma chose.

On peut donc donner et recevoir des objets qui ne sont pas matériels, qui ne sont pas des objets physiques. On peut d'ailleurs donner une idée, un sentiment, donner de l'amour à une autre personne. Ca devrait permettre de comprendre que donner et recevoir n'est pas qu'une question de matérialité, si tant est que l'amour puisse se mesurer, ce que je crois, à plein de choses et pas du pognon.

Donner et recevoir consiste donc à échanger quelque chose. Ah ... j'ai été un peu vite.

Donner consiste donc à se déposséder de quelque chose pour le confier à un autre.

Là c'est mieux.

Et recevoir c'est faire le chemin en sens inverse.

Et il y a même un truc, dans notre langue, française, mais pas que, pour dire je donne, mais comme convenu, je récupère par la suite. Ca s'appelle en général prêter.

On prête quelque chose pour signifier qu'on en confère l'usage à une autre personne qui nous le rendra.

Si je vous prête l'oreille, ce qui est un effort certain chez moi, mais ça n'a rien à voir, j'espère que vous me la rendrez.

Je vous prête l'oreille signifie que je vous écoute ... avec le plus grand soin. Et j'attends peut-être que vous me rendiez la pareille par la suite.

On prête des trucs qui ne reviennent jamais.

On prête d'autres trucs contre une valeur d'échange, on appelle ça louer par exemple.

Je loue un logement, une voiture, je paye un loyer, on me permet d'utiliser l'objet, et de le rendre par la suite à celui qui le possède.

Je ferai une autre page sur l'idée de louer le Seigneur, ça n'a rien à voir. Sur la diagonale de la dialectique du fou, on trouve des pièges. D'ailleurs en l'espèce la diagonale pourrait s'appeler diaconale, mais bon, je dis ça et je dis rien.

Donner et recevoir c'est la base de ce qui constitue la co-existance des humains, et de tous les êtres vivants. Chaque individu peut exister indépendamment des autres. Mais il se trouve que chaque individu qui se tient pas loin d'autres individus est animé par l'envie ou le besoin de donner et / ou de recevoir.

Que ce soit dans le partage ou dans l'échange, on se donne et on prend les choses qui nous entourent.

Du coup certains veulent donner les trucs qu'ils ont, d'autres veulent bien les prendre et au gré du degré de partage ou d'échange se mesurent les relations de sociétés.

C'est beau ? Non ? Si.

PS : non finalement, je ne ferai rien sur l'idée de "louer le Seigneur", c'est une vilaine blague et tout le monde comprend facilement que la louange et la location sont deux choses différentes.

Aucun commentaire:

« VIVE LA MODERNITÉ ! » (et le progrès dans tout cela?)

Publié pour le compte de François Marandet Les Semeurs Citoyens   Une petite introduction au RUE, à la démocratie de proximité et à...