01 janvier 2019

L'actualité sous le filtre de ma (presque) mauvaise foi. 1er janvier 2019

Deux mille dix-neuf ! C'est tout neuf, le modèle précédent était franchement assez pourri, succédant pourtant à un modèle antérieur déjà pas du tout réjouissant.

Si l'an passé a été très riche en faits divers et variés, on notera quand même le nombre d'épisodes où la foire fut d'empoigne bien souvent, je ne sais pas si on trouvera un jour des statistiques sérieuses sur le nombre de gens qui y auront gagné au moins un pain, un gnon quand ce ne fut pas tristement des billets gratuits pour le boulevard des allongés en accès privilégié et sans cause naturelle.

Enfin c'est tout neuf, il y a juste la fin qui se termine par neuf. Pour le reste, ça va être du rance à coup sûr.



On dit souvent, à tort je crois, que les français aiment bien la monarchie, les rois, même si la plupart des gens savent, et ne regrettent pas trop que le dernier représentant de la monarchie continue fut raccourci. La méthode était brutale, inutile, mais on pouvait supposer qu'elle était définitive.

L'Histoire montre combien on se plante à croire que le balancier d'une horloge peut s'arrêter en suspens d'un côté ou d'un autre, il y aura toujours des cons pour remonter les ressorts du mécanisme. Du coup le temps passe, et quand une seconde est écoulée par le battement de gauche à droite, la suivante imperturbablement finit toujours par passer, d'un mouvement de droite à gauche.

Donc d'un roi étêté à un autre écervelé, doit-on être surpris qu'aujourd'hui nous en ayons récupéré un d'apparence sans queue ni tête ?

Avez-vous tenté quelques bribes au moins du discours de l'emplumé ? 2019 se doit d'être une année dynamique, de vérité, où l'on verra que le capitalisme ultra-libéral a vécu, et nous sommes convoqués prochainement par courrier, avec notice explicative, pour le grand débat des français. La promesse d'un roi.

Effacées les bourdes, les âneries, les erreurs, les manquements, nous verrons ce que nous allons voir, et si on entend ce qu'on entend et qu'on pense ce qu'on pense, on ne manquera pas de trouver qu'il y a du neuf avec tout ça, surtout si on fait en sorte d'oublier tout ce qui s'est passé avant.

Ceci est une fucking image :
capture d'écran sur TF1, qui fut moins
suivie pour l'occasion que France 2


C'était hier soir.

On constate dans la journée que la presse n'en n'aura pas fait des caisses, on dirait que les médias boudent le medium.

J'ai récupéré l'essentiel des vœux pris dans le discours de Son Emanation :

"Le débat national qui s'ouvre doit nous permettre de parler vrai, et je vous écrirai dans quelques jours pour vous en préciser les attentes."

"On ne bâtit rien sur des mensonges."

"Le capitalisme ultralibéral et financier va vers sa fin"

Pour l'instant les réactions sont limitées aux principales voix politiques, qui ne se privent pas beaucoup pour dire le mal qu'elles pensent des vœux de Macron. On attend de voir, dans les jours qui viennent, les voix plus proches du peuple ... et ça risque de se gâter franchement.

Rien qu'en faisant appel au devoir de "parler vrai", à l'impossibilité de bâtir sur des mensonges et à la fin annoncée du capitalisme ultralibéral, Macron vient de faire ... du Macron.

S'il était du Mans, il serait rillettes, de Lyon, saucisson, de Vire, andouille, il est d'Amiens et il est tout simplement ficelle, spécialité locale bien connue. Mais il n'a probablement pas bien compris ce qui lui est arrivé ces dernières semaines entre les histoires de gilets pas diplomatiques et les problèmes de passeports qui eux le sont bien.

A mon avis nous allons vers des temps qui vont passer de la mode du gilet jaune à celle du violet, couleur obtenue en mélangeant le rouge et le bleu, on risque même d'en oublier qu'il fut un temps il était question de mettre du vert un peu partout dans la politique, mais ça .... c'était avant.

Donc 2017 fut une année à mettre à la benne, 2018 en aura été une Benalla, et 2019 risque bien d'être une année d'affrontements à n'en plus finir entre la foire du trône d'Yslapeth et le reste du Monde qui voudrait essayer de comprendre comment parler vrai.

Bon, restons dans l'instant présent. Vous avez eu les vœux de Macron, ils ne sont pas bons. Moi je vous propose les miens.

Je vous souhaite quand même courage, amour, prospérité, succès, et surtout une dose d'humour à toute épreuve pour encaisser les fractures sociales, les factures antisociales, et toujours garder l'esprit en éveil pour ne pas laisser passer une bonne occasion de se réjouir de faire partie du monde des vivants.

Ceci est une fake image

Et quand la raison aura vaincu, nous serons contents de pouvoir dénombrer les chaises.




1 commentaire:

Stéphanie Guët a dit…

Totalement d'accord avec les 3 points essentiels du discours ! Pincez-moi j'ai rêvé, on ne bâtit rien sur du mensonge" est le meilleur, en plein merdier benalla.... croustillant. Et sinon, ce type, quelle vacuité.
Je t'embrasse François.

L'actualité sous le filtre de ma (presque) mauvaise foi. 17 avril 2019

  En bandeau, la Stryge de Notre-Dame de Paris qui contemple la ville. - C'est sûr que c'est triste de voir Notre-Dame part...