06 janvier 2019

Le jour du grand prout


Les images utilisées pour agrémenter cette ânerie sont toutes issues d'une image de synthèse fabriquée à partir d'une formule fractale unique, un peu touffue faut reconnaître. Pas de retouche, sauf pour présenter, en bandeau, une vue partielle dans la bulle protectrice Vent debout.

L'image originale est une création de 25K pixels de côté, qui m'a pris 10h de calcul sur mon PC bolide. Les couleurs obtenues sont sans retouche, fournies dans les paramètres.

C'est mon cadeau de bonne année. Et si vous souhaitez posséder l'image originale, c'est possible, mais attention c'est du très lourd, ça rentre pas dans une simple enveloppe.

L'astéroïde au complet
- Tu penses vraiment qu'on va devoir toujours rester ici, à tourner autour de la Terre ?

- Faut voir. A mon avis il y en a bien pour des dizaines d'années avant que l'air redevienne respirable en bas. Ces cons-là ont tout fait cramer d'un coup. On a à peine eu le temps de s'abriter dans le module pour rejoindre notre astéroïde.

- Ca fait dix semaines maintenant qu'on est arrivés, je commence à m'habituer à cette vie, ici, mais quand même, si ce qu'il reste de l'humanité se trouve ici, on va avoir du mal à aller plus loin, à notre âge. On n'a plus l'âge de faire des bébés.

- T'inquiètes. Ils sont pas tous clamsés. Il y a des survivants. Je t'ai pas encore fait écouter, mais j'arrive à capter des trucs en radio. Ce matin j'ai capté des échanges entre les gens qui voulaient essayer de tenter de créer un périmètre de sécurité sur les sommets des Alpes.

Ils disaient que ça peut permettre de tenir, de rester au-dessus de 4.000 mètres, et comme il fait vachement plus chaud depuis les évènements, ils ont des semences de légumes qu'ils veulent planter pour pouvoir faire pousser leur manger.

Le jardin d'en haut
- A propos de manger, j'ai été cueillir des fruits tout à l'heure, j'ai préparé une bonne salade de mangues. Heureusement, nous on est pas foutus côté bectance. C'est pas grand ce rocher, mais c'est vachement bien aménagé quand même.

- L'astéroïde avait été préparé pour recevoir une colonie de 150 personnes en autonomie complète pour tester la grande migration vers Mars. Ils ont mis 10 ans pour y fourbir tout ce que la science pouvait permettre de faire pour que ça fonctionne.

Beau temps à volonté, température constante dans la bulle de sécurité, et on fait pousser tout ce qu'on veut. Y a juste que si on pouvait faire monter quelques potes on serait plus nombreux que deux, pour jouer à la belote, c'est un peu juste d'être une paire.

Vue détaillée sur les arbres du jardin d'en haut
D'un autre côté, on peut vivre à poil ou sans, ça gène personne. On peut péter en paix.

 - Oui bon, à condition que tu me fasses pas ça sous le nez, je dis rien.

A propos de péter, justement, puisque tu en parles, tu veux bien m'expliquer ... les évènements ?

- Ah ... nous y voilà ! Ben je vais te dire ce que je sais, mais je sais pas tout. Alors il faudra faire preuve d'imagination pour les détails.

Y a que depuis des années que les vestes bariolées manifestent et font la nique aux autorités, que ça s'explique à coup de pelles et de pioches pour faire un programme de gouvernement, un certain Ambroise Duffion a pris la grosse tête il y a quelques temps.

Il a participé à plusieurs réunions et débats pour présenter les revendications d'un groupe, ou d'un sous-groupe, enfin bref, il avait une liste de trucs qu'il demandait à faire valider dans le projet de commission pour la mise en place d'un groupe d'étude qui devait nommer des experts. Les trucs habituels, refonte des impôts, remise en place des taxes sur les flux financiers, confiscation de tous les produits d'évasion fiscale au bénéfice du budget de l'Etat, etc etc ... et la reconstruction d'un système de santé qui permette aux gens d'accéder aux soins et aux médicaments.

Et même, dans sa liste, il demandait que les écoles soient retirées de la compétence de Mechanllej Banquier.

D'une réunion à l'autre ça tartait et la dernière réunion où il était, il a expliqué en sortant qu'il en avait ras la jaquette. Il a dit "Bon j'ai compris, avec Yslapeth, il faut que ça pète, avec les grandes oreilles pour en ajouter des caisses, Loreille et Zarbi ça suffit". Il a ajouté "Devant un exécutif aussi gazeux, et qui en rajoute en bazardant des lacrymogènes dans les supermarchés dès qu'une mamie demande à se faire valider un bon de réduction, on va répondre aux mâles par le mal".

Et c'est là qu'il a lancé son appel à la nation en expliquant que tous les sympathisants de tous les groupes et les sous-groupes des vestes bariolées devaient synchroniser une action de perturbation des masses. "Rendez-vous le 10 juillet, à la recherche du temps perdu, on va remettre les pendules à l'heure. A 16 heures pétantes, soyez tous prêts à lancer le plus grand concours de flatulances de toute l'histoire de l'humanité".

Rends-toi compte, pendant quelques heures, Chrisen Catastrophe, patron des intestins, a pas arrêté d'intervenir partout pour menacer des pires représailles. Ils voulaient empêcher les gens de péter.

- D'un autre côté, comme forme d'expression politique, ça sent un peu le souffre non ?

- Oui, mais justement, d'un coup, les récupérateurs des groupes populaires, tous, ils ont dit "A la guerre comme à naguère ... concours de pets".

Narine Mepèle a fait un discours avec son mouvement Dent debout pour rameuter tous les gens de son camp. "Mort aux sans dents"

Lenjuc Méchant-Long a profité de l'occasion pour se lancer dans une diatribe sur les dieux de l'Olympe en expliquant qu'Eon s'en fout d'attraper la vérole. Tous, ils étaient là à vouloir récupérer l'énergie et ... les voix surtout. Ben de la voix ils en ont eu, mais pas du bon côté purée.

Même Vaurien Loquet, gueule d'ange, il a fait des distributions de lentilles du Puy dans les écoles. Les gosses n'en pouvaient plus et les enseignants se sont tous mis en grève.

Le 4 juillet, Nalumette Cramon a fait une allocution à 20 heures, à la télé, en expliquant que c'était une très mauvaise idée, que ça allait ajouter à la pollution galopante et que si la manifestation était maintenue, il allait imposer un blocage complet de toute circulation pour éviter que ça fasse des morts en plus.

Mais ça a tellement mobilisé, partout les gens disaient qu'ils bouffaient des fayots, de la choucroute, des frites au maroilles pour être prêts le 10 à 16 heures. Tu parles d'un quatre heures.

Le 8 juillet, Engranbij Miveaux a annoncé sur tous les médias le black-out complet des télécommunications publiques et la mise en place de l'état de siège. Du coup les gens savaient pas comment tout ça allait se passer, mais ils ont redoublé d'efforts pour se remplir la panse, au cas où ils pourraient pas se rassembler dans les villes.

Le bouche à oreille a tellement bien fonctionné, que le 10 juillet à 16 heures, heure de Paris, non seulement en France, mais partout dans le monde, partout, ce sont des dizaines de millions de gens qui ont fait l'effort de se lâcher.

- Bon mais ça explique pas le grand bordel qu'il y a eu, et pourquoi tu m'as dit une demi-heure avant "Fais les valises, service minimum, tu as trois minutes, on se tire".

- Ben en fait, j'avais regardé la météo, et j'ai compris que vers 16 heures c'était temps d'orage maximum. Et tu vois, je me suis dit ... mmm ... gaz + étincelles, ça va pas sentir bon du tout.

J'avais gardé les clefs du labo où on a développé ce truc, le module, permettant de tester les transports entre la Terre et les bases vies. Et je sais pas pourquoi mais je suis allé plusieurs fois voir si tout était en ordre, et si un des véhicules fonctionnait.

Donc voilà. On a eu juste le temps de s'extraire des zones à risques avant le grand prout. Normal pour commémorer le 10 juillet. Et j'ai activé la bulle pour qu'on puisse respirer du bon air ici.

La planète était polluée, mais là elle est irrespirable, et en plus quand la foudre a enflammé le premier point, du côté du Cantal, ça s'est propagé en quelques minutes à travers toute l'Europe, l'Asie, et ça a même gagné l'Afrique.

On ne sait pas comment ça a pu faire contagion aux Amériques, mais il paraît qu'une tribu indienne qui en avait après leur président avait allumé un feu en pleine forêt amazonienne pour participer au lâcher de gaz.

Tout est cramé dans plein d'endroits, et les incendies on fait fondre la glace des pôles.

On est qu'à 400 kilomètres du sol mais on voit bien que c'est pas rentré dans l'ordre.

- Ouais, ce qu'on voit surtout c'est que tout le monde est dans la merde avec ces conneries.

- La faute à qui ? On avait bien dit à Nalumette Cramon, Yslapeth pharaon, que ce serait mieux qu'il rende son tablier. Il a pas voulu, ben les gens ça les a gonflé. Surtout quand il a dit pour les fêtes de fin d'année que ce serait bien de se serrer un peu la ceinture pour limiter les émissions de gaz.

Il a voulu confisquer l'expression populaire, phagocyter les débats, transformer un soulèvement en QCM. Qu'un monarque inassouvi s'emploie à convoquer les outils de la nation pour servir ses propres thèses ... après tout c'est logique. Le Roi Louis croix bâton vé n'avait-il pas le pouvoir de monopoliser les cotonneries pour le simple service de ses fesses, que l'on torchait dans les couloirs de Versailles pour le confort de l'illustre propriétaire d'un pays où on se réjouissait de l'avoir vu chier en public. Et en plus les gens qui pouvaient toucher le fion du mec avaient l'impression de détenir un privilège.

Si tu considères à quel point il y aura toujours des langues pour décrotter des pompes à fric, y a pas d'issue à part les châtaignes. Et quand tu penses que tout ça est parti d'une question de financement antipollution, n'a rien dépollué, et surtout pas le débat d'idée.

- Les émissions de gaz, ils ont tellement aspergé pour empêcher les manifestations, c'est pas un peu eux la première cause ?

En attendant, ça va prendre des années avant de pouvoir espérer un futur un peu plus désirable.

- De lapin. Moi ce qui me chagrine, c'est qu'il aura fallu à peu près 4.000 ans pas plus, pour passer des thraces de peu de l'antiquité, aux traces de pneus du grand prout.

Vue d'un bloc d'habitation et un bout de la promenade


Détail de la promenade


Vue rapprochée du petit parc sur le côté

Le petit parc sur le côté en plus près

La cabane au fond du parc




1 commentaire:

Anne-Françoise Brouers a dit…

Merci pour agrémenter agréablement mon voyage matinal.😉

L'actualité sous le filtre de ma (presque) mauvaise foi. 17 avril 2019

  En bandeau, la Stryge de Notre-Dame de Paris qui contemple la ville. - C'est sûr que c'est triste de voir Notre-Dame part...