07 avril 2017

Sur l'intervention non concertée des Etats-Unis en Syrie

Publié initialement sur : https://www.facebook.com/roscifan.liew/posts/1638950576145672


Aujourd'hui, l'armée américaine a bombardé une base syrienne, en représailles à un bombardement qui a eu lieu quelques jours plus tôt, utilisant de toute évidence des munitions chargées chimiquement.


L"usage d'armes chimiques étant une chose révoltante, les tergiversations à l'ONU sur la position commune à adopter, avec la Russie maintenant son protectionnisme vis à vis de la Syrie de Bachar el Assad et contre l'avis d'autres pays, le Président Trump a choisi d'opérer une action de terrain en envoyant quelques dizaines de missiles, qui ont tué quelques dizaines d'êtres humains, et fait pas mal de blessés.

Le problème avec les fachos (on pourra penser ce qu'on veut sur le choix du mot et le remplacer au gré des convictions de chacune et chacun, le terme désigne Trump, comme Poutine, comme d'autres va-t'en guerre qui s'ignorent jusqu'à ce qu'ils se révèlent, et il en existe un peu partout), c'est que l'égocentrisme les rend peu prévisibles sur le moment qu'ils choisissent pour montrer qu'ils sont le centre du Monde.

Difficile de ne pas avoir envie d'approuver l'action contre le régime syrien, et par delà contre Poutine. Mais difficile de ne pas penser que ça pue pour tout le Monde.

Si ça pouvait calmer les égos des chefs, les peuples pourraient peut-être vaquer à leurs petites occupations, pendant que les puissants discuteraient des leurs.

Le bombardement unilatéral (puisqu'aucun accord international n'a permi de trouver une position commune) préfigure probablement d'autres actions unilatérales. Si les syriens ont été touchés aujourd'hui (toute considération mise à part sur qui est visé, c'est la Syrie qui est atteinte), il ne manque pas grand chose pour que ce soit des gens plus près de nous, dans l'est européen qui subissent des dommages au moindre coup de sang de Poutine, puis d'autres encore ailleurs, et ça s'arrête quand ?

Généralement c'est bien comme cela que les grands conflits naissent, lorsque l'ami de l'ami montre les muscles pour protéger ou venger l'ami de l'ennemi.

Il est possible que ces faits ne soient pas survenus pour des questions de pures convictions philosophiques.

Le conflit en Syrie est le fruit d'un commerce entre les grands intérêts périphériques à la Syrie. La Syrie est un territoire sans aucun intérêt sauf celui de se trouver à l'endroit qui permettrait de relier les pays riches de pétrole et de gaz à l'Europe. Et il se trouve que la Russie n'existe encore aujourd'hui que grâce à son propre commerce de ses ressources en pétrole et en gaz avec l'Europe.

La Russie occupe selon toute vraisemblance la Syrie pour cette seule raison à la base, et pour servir un égo, celui de quelques-uns, et comme ce territoire a fait l'objet d'un déchainement imbécile de faits qui n'ont rien à voir mais qui n'arrêtent pas de faire mourir et de blesser des gens, tout ceci a pris une ampleur qui n'a plus rien à voir avec le petit et le grand commerce.

La Russie veut reprendre un peu de leadership dans le concert des nations, et en a profité pour tenter de prendre le dessus sur la diplomatie entretenue à l'ONU, et le rapport de forces avec l'OTAN.

L'OTAN est un "instrument" qui protégeait un peu les pays occidentaux de la guerre et que Poutine voudrait voir disparaître.

Trump considère que l'OTAN c'est bien, mais c'est cher. Il a prévenu que le temps de la légèreté budgétaire était fini pour les alliés des Etats-Unis.

Ce qui s'est passé aujourd'hui est peut-être aussi une démonstration faite aux partenaires de l'OTAN qu'il est temps de cotiser, tout simplement.

Dieu que c'est con la guerre.


Retrouvez tous les articles publiés par le groupe Graines citoyennes 

Aucun commentaire:

« VIVE LA MODERNITÉ ! » (et le progrès dans tout cela?)

Publié pour le compte de François Marandet Les Semeurs Citoyens   Une petite introduction au RUE, à la démocratie de proximité et à...